Fromage "fermier" les raisons de la colère!!!

Publié le par Nicolas Julhès

images-1-copie-1.jpegFin 2009, suite à un recours de l'association des producteur de fromages fermiers de Corse, Les fromages n'ont plus le droit à l'appellation "FERMIER" s'il sont affinés en dehors de l'exploitation.

Petit rappel: jusqu'alors, un fromage fermier devait être produit à la ferme, uniquement avec le lait de la ferme.
Pour ce qui était de l'affinage, il pouvait être réalisé par un affineur spécialisé dans cette tâche.Ce dernier rassemblait les fromages des producteurs fermiers, les affinait et les distribuait. Certaine appellations, comme le Salers, le St Nectaire ou le Reblochon, utilisent la filière des affineurs pour près de 90% de la production.

Il y a donc du RIFIFI dans l'air.

Les Corses quand à eux, toujours intansigeants sur les règles, estime l'ancienne démarche laxiste. Pour eux le fromage doit être affiné sur l'exploitation pour être fermier. Leurs arguments ne sont pas dénués de sens. Il craignent que les industriels puissent bénéficier de ce terme (certain le possède déjà). Il pense aussi que la restriction permettra de mieux valoriser les producteurs dans des régions ou le prestige et la valeur ajouté vont plutôt aux affineurs distributeurs.

Que penser.

D'un côté, la filière affineur distributeur apporte un réel service à celle des fermiers:
Elle apporte son expertise et sa spécialisation sur un métier compliqué. Les producteurs n'ont pas toujours la structure et le savoir faire pour affiner.
Elle donne du dynamisme à l'appellation,
Enfin, elle apporte son réseau de distribution et sa logistique a des fermes qui auraient bien du mal à écouler leur production sur l'ensemble de l'année.

D'un autre côté, ce pavé dans le fromage, pourrait amener des réflexions positives.
Il est peut être temps de changer. Bien sûr le changement est compliqué et laisse des traces. Mais au final, c'est peut être l'occasion de remettre les producteur en avants. De les pousser à travailler mieux pour se différencier et sortir du lot. Comme pour le vin on ne chercherait plus seulement l'appellation, mais les hommes qui s'engage derrière leur production.
Les discutions, qui ont déjà commencé, pourraient mener à une solution intermédiaire intéressante, où seraient précisés les nom du producteur et de l'affineur.("fromage fermier" produit par... et affiné par...).

Peut être que cette nouvelle lisibilité amènerait les consommateur à être plus regardants et exigeants?

Faite passer ce message et réagissez dessus. Le FROMAGE a cruellement besoin que l'on s'intéresse à lui.




 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article